Le Colisée ou Amphithéâtre Flavien est une grande arène ellipsoïdale construite au premier siècle de notre ère sous les empereurs romains de la dynastie Flavienne : Vespasien (69-79 de notre ère), Titus (79-81 de notre ère) et Domitien (81-96 de notre ère). L’arène a été utilisée pour accueillir des événements spectaculaires de divertissement public tels que des combats de gladiateurs, des chasses aux animaux sauvages et des exécutions publiques de 80 à 404 de notre ère. Le Colisée est aussi une des sept merveilleuses du monde.

Objectif et dimensions du Colisée

La construction du Colisée fut commencée en 72 de notre ère sous le règne de Vespasien sur le site qui était autrefois le lac et les jardins de la Maison d’Or de l’Empereur Néron. Celui-ci a été drainé et, par précaution contre d’éventuels dégâts dus aux tremblements de terre, des fondations en béton de six mètres de profondeur ont été posées. Le bâtiment faisait partie d’un programme de construction plus vaste lancé par l’empereur Vespasien afin de redonner à Rome sa gloire d’antan, avant les troubles de la récente guerre civile. Comme Vespasien le prétendait sur ses pièces de monnaie avec l’inscription Roma resurgit, les nouveaux bâtiments – le Temple de la Paix, le Sanctuaire de Claude et le Colisée – montreraient au monde que la Rome  » résurgissante  » était toujours le centre du monde antique.

L’Amphithéâtre Flavien (ou Amphiteatrum Flavium comme il était connu par les Romains) a ouvert ses portes en 80 de notre ère sous le règne de Titus, le fils aîné de Vespasien, avec un gladiateur spectaculaire de cent jours et a finalement été achevé sous le règne de l’autre fils, Domitien. L’édifice achevé ne ressemblait à rien de ce que l’on avait vu auparavant et situé entre la large vallée rejoignant les collines de l’Esquilin, du Palatin et du Caelius, il dominait la ville.

Le plus grand bâtiment de ce genre, il avait les caractéristiques suivantes :

– quatre étages.
– une hauteur de 45 mètres (150 pieds).
– une largeur de 189 x 156 mètres.
– une arène ovale de 87,5 m sur 54,8 m.
– un auvent de toile.
– une capacité de 50 000 spectateurs.

Le théâtre a été principalement construit en pierre calcaire extraite localement, avec des murs latéraux de liaison internes en brique, en béton et en pierre volcanique (tuf). Les voûtes ont été construites en pierre ponce plus légère. La taille même du théâtre est à l’origine du nom populaire de Colosseo, mais il est plus probable qu’il s’agisse d’une référence à la colossale statue en bronze doré de Néron, convertie pour ressembler au dieu-soleil et qui se trouvait à l’extérieur du théâtre jusqu’au IVe siècle de notre ère. colisee amphitheatre flavien

Architecture du Colisée

Le théâtre était spectaculaire même de l’extérieur, avec des arcades monumentales ouvertes sur chacun des trois premiers étages présentant des arcs remplis de statues. Le premier étage portait des colonnes doriques, le deuxième ionique et le troisième corinthien. Le dernier étage avait des pilastres corinthiens et de petites fenêtres rectangulaires. Il n’y avait pas moins de quatre-vingts entrées, dont soixante-seize étaient numérotées et des billets étaient vendus pour chacune d’entre elles. Deux entrées étaient utilisées pour les gladiateurs, dont l’une était connue sous le nom de Porta Libitina (la déesse romaine de la mort) et était la porte par laquelle les morts étaient retirés de l’arène. L’autre porte était la Porta Sanivivaria par laquelle les vainqueurs et les survivants des compétitions quittaient l’arène. Les deux dernières portes étaient réservées à l’usage exclusif de l’Empereur.

A l’intérieur, le théâtre devait être encore plus impressionnant lorsque les trois gradins étaient remplis par toutes les couches de la population. L’arène était entourée d’une large terrasse de marbre (podium) protégée par un mur à l’intérieur duquel se trouvaient les prestigieux sièges ou loges de l’anneau d’où l’Empereur et d’autres dignitaires assistaient aux événements. Au-delà de cette zone, les sièges en marbre étaient divisés en zones : ceux des citoyens privés plus riches, des bourgeois, des esclaves et des étrangers et enfin les sièges en bois et la place debout dans la colonnade à toit plat de l’étage supérieur réservée aux femmes et aux pauvres. Au-dessus de ce toit, des marins étaient employés pour gérer le grand auvent (vélarium) qui protégeait les spectateurs de la pluie ou fournissait de l’ombre les jours de chaleur. On accédait aux différents niveaux de sièges par de larges escaliers, chaque palier et chaque siège étant numéroté. La capacité totale du Colisée était d’environ 45 000 spectateurs assis et 5 000 debout. L’une des plus anciennes représentations du Colisée figure sur les pièces de monnaie de Titus et montre trois niveaux, des statues dans les arcs extérieurs supérieurs et la grande fontaine à colonnes – les Méta Sudans – qui se trouvait à proximité.

Le Colisée dans l’Antiquité

La scène de toute l’action – le sol sablé de l’arène – était également accrocheuse. Elle était souvent aménagée avec des rochers et des arbres pour ressembler à des endroits exotiques lors de la mise en scène de chasses aux animaux sauvages (vénétioires). Il y avait aussi d’ingénieux mécanismes de levage souterrains qui permettaient l’introduction soudaine d’animaux sauvages dans les procédures. À certaines occasions, notamment lors de la série de spectacles d’ouverture, l’arène était inondée afin d’accueillir des simulacres de batailles navales. Sous le sol de l’arène (et visible pour le visiteur moderne) se trouvait un labyrinthe de petites salles à compartiments, de couloirs et d’enclos pour les animaux.

Jeux et spectacles

Bien qu’historiquement liés aux jeux étrusques antérieurs qui mettaient l’accent sur les rites de la mort, les spectacles dans les arènes romaines étaient conçus simplement pour divertir, mais ils démontraient aussi la richesse et la générosité de l’empereur et donnaient l’occasion aux gens ordinaires de voir leur souverain en personne. Les empereurs étaient généralement présents, même lorsqu’ils n’avaient pas de goût particulier pour les événements comme Marc-Aurèle. Titus et Claudius étaient réputés pour leurs cris sur les gladiateurs et les autres membres de la foule et Commodus lui-même se produisit dans l’arène des centaines de fois. Un vestige de la tradition étrusque antérieure continuait cependant avec la présence du préposé dont la tâche était d’achever tout gladiateur tombé par un coup au front. Ce préposé portait le costume mythique de Charon (le ministre étrusque du destin) ou d’Hermès, le dieu messager qui accompagnait les morts aux enfers. La présence des Vierges Vestales, du Pontifex Maximus et du divin Empereur ajoutait également un certain élément pseudo-religieux à la procédure, du moins à Rome.

Cependant, les sports de sang et la mort étaient le véritable but des spectacles et toute une profession s’est développée pour répondre aux besoins massifs de divertissement de la population – par exemple, sous Claudius, il y avait 93 jeux par an. Les spectacles duraient souvent de l’aube à la tombée de la nuit et les gladiateurs commençaient généralement le spectacle par une procession de chars accompagnés de trompettes et même d’un orgue hydraulique, puis descendaient et faisaient le tour de l’arène, chacun saluant l’empereur avec la célèbre ligne : Ave, imperator, morituri te salutant ! (Ave, empereur, ceux qui vont mourir te saluent !).

Des duels comiques ou fantaisistes commençaient souvent les combats de la journée, ceux-ci se déroulaient généralement entre femmes, nains ou handicapés à l’aide d’armes en bois. Les sports de sang suivants entre différentes classes de gladiateurs comprenaient des armes telles que des épées, des lances, des tridents et des filets et pouvaient également impliquer des combattantes. Viennent ensuite les chasses aux animaux avec les bestiarii – les tueurs de bêtes professionnels. Les animaux n’avaient aucune chance dans ces compétitions et étaient le plus souvent tués à distance à l’aide de lances ou de flèches. Il y avait des animaux dangereux comme les lions, les tigres, les ours, les éléphants, les léopards, les hippopotames et les taureaux mais il y avait aussi des épreuves avec des animaux sans défense comme les cerfs, les autruches, les girafes et même les baleines. Des centaines, parfois même des milliers d’animaux ont été massacrés en une seule journée et souvent la brutalité était délibérée afin d’atteindre le crudelitre – la bonne dose de cruauté.

Sous Domitien, des drames se tenaient également au Colisée mais avec un réalisme sanguinaire comme l’utilisation de vrais condamnés à mort pour les exécutions, un véritable Hercule était brûlé sur un bûcher funéraire et dans le rôle de Laureolus un prisonnier était en fait crucifié. Le Colisée fut également le théâtre de nombreuses exécutions pendant l’accalmie de l’heure du déjeuner (quand la majorité des spectateurs sont allés déjeuner), en particulier l’assassinat de martyrs chrétiens. Considérés comme un défi inacceptable à l’autorité de la Rome païenne et à la divinité de l’Empereur, les chrétiens étaient jetés aux lions, abattus à coups de flèches, rôtis vivants et tués de multiples façons cruellement inventives.

colisee italie

Partez à la découverte d’autres merveilles du monde :

La grand muraille de chine

Sestertius en bronze avec Colisée

Histoire postérieure

En 404 de notre ère, avec l’évolution des temps et des goûts, les jeux du Colisée furent finalement abolis par l’empereur Honorius, bien que des criminels condamnés soient encore faits pour combattre les animaux sauvages pendant un siècle. Le bâtiment lui-même allait connaître un avenir mouvementé, bien qu’il ait mieux résisté que beaucoup d’autres bâtiments impériaux pendant le déclin de l’Empire. Endommagé par un tremblement de terre en 422 de notre ère, il fut réparé par les empereurs Théodose II et Valentinien III. Des réparations furent également effectuées en 467, 472 et 508 de notre ère. Le lieu continua à être utilisé pour des combats de lutte et des chasses aux animaux jusqu’au VIe siècle de notre ère, mais le bâtiment commença à montrer des signes de négligence et l’herbe fut laissée pousser dans l’arène. Au XIIe siècle de notre ère, il est devenu une forteresse des familles Frangipani et Annibaldi. Le grand tremblement de terre de 1231 a provoqué l’effondrement de la façade sud-ouest et le Colisée est devenu une vaste source de matériaux de construction – les pierres et les colonnes ont été enlevées, les pinces de fer qui retenaient les blocs ensemble ont été volées et les statues ont été fondues pour la chaux. En fait, le pape Alexandre VI a loué le Colisée comme une carrière. Malgré cet effondrement, le lieu fut encore utilisé pour des processions et des jeux religieux occasionnels au XVe siècle de notre ère.

A partir de la Renaissance, les artistes et les architectes comme Michel-Ange et plus tard les touristes lors de leur Grand Tour ont pris un intérêt renouvelé pour l’architecture et les ruines romaines. En conséquence, en 1744, le pape Benoît XIV interdit tout nouveau déplacement de maçonnerie du Colisée et le consacre à la mémoire des martyrs chrétiens qui y ont perdu la vie. Cependant, cela n’a pas empêché les habitants de l’utiliser comme étable et sa négligence se reflète dans le curieux travail de Richard Deakin qui, en 1844, a catalogué plus de 420 variétés de plantes poussant dans les ruines, dont certaines sont rares et même uniques localement – peut-être issues de la nourriture donnée aux animaux exotiques tous ces siècles auparavant. Le XIXe siècle de notre ère a cependant commencé à voir s’améliorer le sort de l’amphithéâtre, autrefois grand. Les autorités papales ont cherché à restaurer certaines parties du bâtiment, notamment les extrémités est et ouest, cette dernière étant soutenue par un contrefort massif. Enfin, en 1871 de notre ère, l’archéologue italien Pietro Rosa supprima tous les ajouts post-romains pour révéler, malgré sa dégradation, un monument encore magnifique, un témoignage poignant et durable des savoir-faire et des vices du monde romain.

Situé juste à l’est du Forum romain, le massif amphithéâtre de pierre connu sous le nom de Colisée a été commandé vers 70-72 après J.-C. par l’empereur Vespasien de la dynastie flavienne comme cadeau au peuple romain. En 80 après J.-C., Titus, le fils de Vespasien, a ouvert le Colisée – officiellement connu sous le nom d’Amphithéâtre Flavien – avec 100 jours de jeux, y compris des combats de gladiateurs et des combats d’animaux sauvages. Après quatre siècles d’utilisation active, la magnifique arène est tombée en désuétude, et jusqu’au XVIIIe siècle, elle a été utilisée comme source de matériaux de construction. Bien que les deux tiers du Colisée original aient été détruits au fil du temps, l’amphithéâtre reste une destination touristique populaire, ainsi qu’un symbole iconique de Rome et de sa longue et tumultueuse histoire.

Les origines du Colisée

Même après que l’empereur romain décadent Néron ait pris sa propre vie en A.D. 68, sa mauvaise gouvernance et ses excès ont alimenté une série de guerres civiles. Pas moins de quatre empereurs ont pris le trône dans l’année tumultueuse après la mort de Néron ; le quatrième, Vespasien, finirait par régner pendant 10 ans (A.D. 69-79). Les empereurs flaviens, comme Vespasien et ses fils Titus (79-81) et Domitien (81-96) étaient connus, ont essayé d’atténuer les excès de la cour romaine, de rétablir l’autorité du Sénat et de promouvoir le bien-être public. Vers 70-72, Vespasien rendit au peuple romain les terres luxuriantes près du centre de la ville, où Néron s’était fait construire un énorme palais après qu’un grand incendie ait ravagé Rome en 64 après J.-C. Sur le site de ce Palais d’Or, il décréta qu’un nouvel amphithéâtre serait construit où le public pourrait apprécier les combats de gladiateurs et d’autres formes de divertissement.

Tu le savais ? Les archéologues pensent que le Colisée contenait à la fois des fontaines et des latrines.

Après presque une décennie de construction – une période relativement rapide pour un projet d’une telle envergure – le Tite a officiellement consacré le Colisée en 80 après J.-C. avec un festival comprenant 100 jours de jeux. Un souverain bien-aimé, Titus avait gagné la dévotion de son peuple avec sa gestion des efforts de rétablissement après l’éruption infâme du Vésuve en 79 après J.-C., qui a détruit les villes d’Herculanum et de Pompéi. Les dernières étapes de la construction du Colisée furent achevées sous le règne du frère de Titus et de son successeur, Domitien.

colisee rome

Le Colisée : Un Grand Amphithéâtre

Mesurant environ 620 par 513 pieds (190 par 155 mètres), le Colisée était le plus grand amphithéâtre du monde romain. Contrairement à de nombreux amphithéâtres antérieurs, qui avaient été creusés dans les flancs des collines pour fournir un support adéquat, le Colisée était une structure autoportante faite de pierre et de béton. L’extérieur distinctif avait trois étages d’entrées arquées – un total d’environ 80 – soutenues par des colonnes semi-circulaires. Chaque étage contenait des colonnes d’un ordre (ou d’un style) différent : Au bas se trouvaient des colonnes de l’ordre dorique relativement simple, suivies par des colonnes ioniques et surmontées par l’ordre corinthien orné. L’Arc de Constantin, construit en 315 après J.-C. en l’honneur de la victoire de Constantin Ier sur Maxence à Pons Milvius, se trouvait juste à côté de l’entrée principale du Colisée.

À l’intérieur, le Colisée avait des places assises pour plus de 50 000 spectateurs, qui ont pu être disposés selon le classement social mais qui étaient très probablement entassés dans l’espace comme des sardines dans une boîte de conserve (à en juger par les preuves des places assises dans d’autres amphithéâtres romains). Des auvents étaient déployés depuis le premier étage afin de protéger les spectateurs du chaud soleil romain pendant qu’ils regardaient les combats de gladiateurs, les chasses, les combats d’animaux sauvages et les combats plus importants tels que les faux engagements navals (pour lesquels l’arène était inondée d’eau) qui se déroulaient à grands frais. La grande majorité des combattants qui se battaient devant le public du Colisée dans la Rome antique étaient des hommes (bien qu’il y ait eu quelques gladiatrices). Les gladiateurs étaient généralement des esclaves, des criminels condamnés ou des prisonniers de guerre.

Le Colisée au cours des siècles

Le Colisée a connu quelque quatre siècles d’utilisation active, jusqu’à ce que les luttes de l’Empire romain d’Occident et le changement progressif des goûts du public mettent fin aux combats de gladiateurs et autres grandes divertissements publics au 6e siècle après J.-C. Même à cette époque, l’arène avait subi des dommages dus à des phénomènes naturels tels que la foudre et les tremblements de terre. Dans les siècles qui suivirent, le Colisée fut complètement abandonné et utilisé comme carrière pour de nombreux projets de construction, y compris les cathédrales de Saint Pierre et de Saint Jean de Latran, le Palazzo Venezia et les fortifications de défense le long du Tibre. Au début du XVIIIe siècle, cependant, divers papes ont cherché à conserver l’arène en tant que site chrétien sacré, bien qu’il soit en fait incertain que les premiers martyrs chrétiens aient rencontré leur destin dans le Colisée, comme on l’a supposé.

Au XXe siècle, les intempéries, les catastrophes naturelles, la négligence et le vandalisme avaient détruit près des deux tiers du Colisée original, y compris tous les sièges en marbre de l’arène et ses éléments décoratifs. Les efforts de restauration ont commencé dans les années 1990 et se sont poursuivis au fil des ans, le Colisée continuant d’être une attraction majeure pour les touristes du monde entier.

Le Colisée est le principal symbole de Rome. C’est une construction imposante qui, avec près de 2 000 ans d’histoire, vous fera remonter le temps pour découvrir le mode de vie de l’Empire romain.

La construction du Colisée a commencé en l’an 72 sous l’empire de Vespasien et s’est terminée en l’an 80 sous le règne de l’empereur Titus. Après son achèvement, le Colisée est devenu le plus grand amphithéâtre romain, mesurant 188 mètres de longueur, 156 mètres de largeur et 57 mètres de hauteur.